Lidl Italia

Publié le par Run

Ni une, ni deux, je quitte l'île principale pour me retrouver en 20mn de ferry sur l'île de Gozo (Ghawdex en maltais). Gozoooo, je ne connaissais pas, mais elle vaut vraiment le détour. Elle est plus petite, mais aussi plus sauvage, et correspond plus à ce que je recherche pour mon boulot, même si je ferai chou blanc à Gozo. Rien trouvé. C'est la vie. Les villes sont petites, souvent avec une énorme cathédrale au centre. La ville de Victoria est sa capitale et est en plein centre de Gozo. Et entre chaque ville (ou parlons plutôt de village), il y a des champs de petites tailles séparés par des murs faits de parpaings en pierres jaunes taillées dans la roche locale. C'est pareil partout sur les deux îles. On a affaire à une agriculture locale, intime. En ce moment, le blé d'hiver est semé, ainsi que les fèves qui font déjà 20cm de haut.

1. La cathédrale de Gharsi et son phare 2. Parcelles individuelles en terrasses
1. La cathédrale de Gharsi et son phare 2. Parcelles individuelles en terrasses

1. La cathédrale de Gharsi et son phare 2. Parcelles individuelles en terrasses

Peu de routes, et beaucoup de chemins de randonnée le long des côtes. Les falaises du sud sont très hautes faites d'un calcaire dit à globigérine qui constitue la quasi totalité des constructions de Malte. Cette roche se patine avec le temps et peu même se creuser en nid de guêpe.

3. Le canyon de Wied il Ghasri 4. La plage de Xlendi et sa roche jaune orangée magnifique et lisse; au loin on aperçoit la parois verticales de la côte sud ouest 5. Un conglomérat de roches de différentes natures toutes scellées pour l'eternité
3. Le canyon de Wied il Ghasri 4. La plage de Xlendi et sa roche jaune orangée magnifique et lisse; au loin on aperçoit la parois verticales de la côte sud ouest 5. Un conglomérat de roches de différentes natures toutes scellées pour l'eternité
3. Le canyon de Wied il Ghasri 4. La plage de Xlendi et sa roche jaune orangée magnifique et lisse; au loin on aperçoit la parois verticales de la côte sud ouest 5. Un conglomérat de roches de différentes natures toutes scellées pour l'eternité

3. Le canyon de Wied il Ghasri 4. La plage de Xlendi et sa roche jaune orangée magnifique et lisse; au loin on aperçoit la parois verticales de la côte sud ouest 5. Un conglomérat de roches de différentes natures toutes scellées pour l'eternité

Cette roche se travaille facilement, et c'est ainsi qu'on été créés, il y a 350 ans, les marins salants autour de l'île. Ces bassins sont surprenants de géométrie. On en trouve vers Marsalforn au nord et Xlendi au sud. De Mai à septembre, le sel est encore récolté par les locaux. le système de marais s'étend sur des centaines de mètres. L'endroit est vraiment magique. Les bacs se remplissent au grès des vagues et communiquent entre eux.

6. 7. 8. Les marais salants de Qbajar
6. 7. 8. Les marais salants de Qbajar
6. 7. 8. Les marais salants de Qbajar

6. 7. 8. Les marais salants de Qbajar

Il y a quand même une chose étonnante à Malte, c'est qu'on se croirait en Italie. Les restaurants, les magasins ont des consonances italiennes, et quant à la nourriture c'est un copié-collé. On allume la télé, et il y a au moins 10 chaines italiennes. J'ai ainsi pu voir Arsène Lupin en rital. On va au supermarché Lidl, et là c'est juste hallucinant. Pas un produit maltais. Fruits, légumes, gâteaux etc. tous viennent d'Italie. Tout est écrit en italien, et quand je dis à la caissière qu'elle parle bien la langue, elle me répond "c'est normal, je suis italienne". On est ici dans une faille spatio-temporelle  Bref, pas besoin de parler maltais, avec l'anglais et l'italien, on vit très bien. D'ailleurs, si on a un peu de nostalgie, le soir, en regardant par la fenêtre, les lumières au fond à l'horizon sont celles de Ragusa, en Sicile.

So far, so good

9. Je regarde cette vague qui n'atteindra jamais la dune Tu vois, comme elle, je reviens en arrière Comme elle je me couche sur le sable Et je me souviens Je me souviens des marées hautes Du soleil et du bonheur qui passaient sur la mer Il y a une éternité, un siècle, il y a un an (Joe Dassin, L'été indien)

9. Je regarde cette vague qui n'atteindra jamais la dune Tu vois, comme elle, je reviens en arrière Comme elle je me couche sur le sable Et je me souviens Je me souviens des marées hautes Du soleil et du bonheur qui passaient sur la mer Il y a une éternité, un siècle, il y a un an (Joe Dassin, L'été indien)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
ça donne envie. Est-ce qu'on y tourne des films?
Répondre
A
Bonsoir<br /> Toujours un plaisir de te lire comme si chaque message mêlé de photos nous parvenait comme un cadeau...Et en cette période de Noël ...je le reçois avec attention, intention. Bonne soirée.Bises.Agnès.
Répondre